Qui es-tu vraiment ?..

qui es tu ?

…Alors, qui-es tu vraiment ?..

Et sais-tu ce que voient les autres de toi ?

Ils ne te voient pas toi, mais l’image que toi-même tu reflètes (selon la perception que tu as de toi).

Si cette phrase vient d’allumer une ampoule dans ta tête, alors tu viens de percer le principe qui retournera TA vie ! 🙂

Oui oui car, le jour où, par toi-même,  tu prendras conscience du sabotage de cerveau que nous avons subi depuis la naissance et

surtout qu’en rectifiant le tir, tu amèneras dans ta vie les couleurs que tu attends de voir et que toi seul/e visualise 🙂

Mais, quel sabotage de cerveau ?..

Et bien celui qui nous a été inculqué par la société, dont les médias nous ont présenté ces MODELES DE PERFECTION qu’au final personne, je dis personne, ne peut constamment posséder sur soi.

T’es-tu déjà demandé pourquoi même les plus grandes stars du box-office, alors que visiblement elles ont « tout » et toutes ces choses EXTERIEURES, certes fort agréables, qui amènent le BONHEUR TEMPORAIRE (yachts et bijoux, voitures et vêtements haut de gamme, paraître et parfois même excessive notoriété) flanchent, elles aussi et dépriment ?..

J’ai de bonnes nouvelles pour toi ! 🙂

Dire que la réponse à tout ça est inscrite au fond de toi…

Sauf que soit:

– tu t’obstines encore à courir tête baissée après le temps et toute cette vaniteuse « poussière d’étoiles » (quelle peine…)

– tu n’en a jamais pris conscience (j’espère alors que cet écrit t’aidera à le faire).

 

Et j’entends ta réponse: « au fond de moi ? Comment ça ?..

Permets-moi de t’évoquer un bref épisode de ma vie, lequel exposera par l’exemple vécu que quand « des lignes » proviennent du coeur, elles ont une VALEUR à long terme dans le temps (je les relis après 15 années et elles provoquent toujours le même effet) :

Nous sommes en août 2000, période où ma chère mère se trouvait en traitement (à l’hôpital Cochin à Paris), depuis quelques semaines.

Son avenir très incertain, je ressentais ses probables inquiétudes et pour cela, seul dans ma chambre de bonne au 7ème étage d’un bâtiment près du champs-de-mars, entends une voix du coeur me suggérer de lui écrire une lettre, à lire dans l’intimité de la sienne à hôpital. Je ne vais pas détailler ici le contenu de cette lettre (d’une seule page, mais à mon sens plutôt profonde – dont toutefois traduction ci-dessous*).

Simplement que cette lettre (photocopiée, pliée en 3 et restée derrière le porte-photo de son portrait du salon) est pour moi un souvenir qui prouvera , une fois de plus, que ce que nous sommes se trouve, non pas dans ces objets de luxe ou notre standing de vie, mais tout juste à l’INTERIEUR de nous.

> Et il en est ainsi pour TOUT ËTRE HUMAIN habitant cette terre.

Pour ma part bien conscient de ce point, j’en ai eu le plaisir de le relire dans un livre, m’ayant arraché l’attention de ce qui m’entourait au moment où j’ai commencé à le parcourir.

Ce livre te stoppe de là où tu es et inexorablement te ramène à ton état neutre, celui que peut-être tu avais égaré depuis bien longtemps. Ensuite il traite 1 à 1 les quelques points essentiels qui t’invitent à réfléchir sur ton cas personnel et comment en rectifier les idées reçues, celles qui ont entravé des moments que tu évalueras toi-même plus ou moins longs de ton histoire.

Pour voir la description et lire le 1er chapitre de cette oeuvre, c’est par là, suffit de cliquer 🙂 > ICI (et ensuite précommande si tu le sens, ou mieux, passe par cet autre article où un lien offre un bonus audio&vidéo simplement en t’inscrivant librement à ce blog), mais j’attends surtout avec grande curiosité le retour que je lirais dans les commentaires de cet article, car je souhaite échanger longuement sur ce qui me tient à coeur, et là je dois dire qu’André Christophe, l’auteur (sain, très discret et loin de toute médiatisation) de ce livre m’en a mis
plein la vue ;-).

Donc, à toi de jouer

@ bientôt,

David,
le cmd de la Navette.

 

 

* traduction (à la volée)de ma lettre:

 

Paris, mardi 1er Aout 2000.

Maman,

je t’écris cette lettre espérant qu’elle te distraira.
J’ai envie de te dire tant de choses que je pense, afin que tu te rassures sur quelques points et pour lesquels tu t’interrogeras. Ce matin m’est venue l’inspiration de creuser, une fois de plus, au fond de moi-même et j’ai redécouvert des choses que j’avais trouvé mais que le temps m’avait fait égarer. Et tout doute, toute angoisse ont littéralement disparu. J’ai, comme alors, re-éprouvé ces sentiments de confiance, de paix intérieure. Je crois qu’on doit être heureux de ce qu’on est et ce qu’on a, heureux de ce qu’on a été et qu’on a eu, tout en triant le négatif étant inévitable, c’est la vie. J’ai eu la chance de naître au milieu d’un bon père et d’une mère exceptionnelle. J’ai une famille, deux soeurs attachantes, des neveux qui m’aiment autant que je les aime et tous les autres de la famille que je n’oublie pas. J’ai eu une enfance plaisante et une adolescence agréable, tellement au point de vouloir la prolonger le plus possible, en vivant avec mes parents, surtout avec ma mère pour toute la décennie ’90. Surtout grâce à elle, à part mon effrénée volonté, cela m’a permis de vivre des moments spéciaux autant dans ma vie personnelle que professionnelle. L’avenir pour moi est ouvert, sais ce que je veux et l’aurai. Ce qui est moins sûr sera d’avoir une fille parmi mes enfants: dans ce cas les premiers deux prénoms seront probablement Serena Caterina. Si après ma vie devait être écourtée pour les mille causes de ce monde, cela ne me fait pas peur, car je sais qu’au fond de moi je suis déjà parvenu à la solution du sens de la vie. Je crois qu’en parvenant à cette capacité on puisse vivre en sérénité totale face au prochain. Je crois que ce qu’on porte à l’intérieur n’aura pas de fin et cela me donne un état de paix interne. Et avoir cet état de paix interne ne peut vouloir dire qu’affronter le monde et défier un peu le temps…
« Ciao » Maman, reste telle que tu es, belle !

David

2 réflexions au sujet de « Qui es-tu vraiment ?.. »

  1. Ping : Le jour où je me suis aimé pour de vrai... | le blog de Bonnie, la navette du Bonheur

  2. Ping : Quelle est ta perception de toi-même ?... (1/2) | le blog de Bonnie, la navette du Bonheur | le blog de Bonnie, la navette du Bonheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *